Le réseau d’échanges réciproques de savoirs, contributeur de la responsabilité sociale des entreprises

L’entreprise de demain devra être performante, innovante et responsable avec une exigence : s’appuyer sur son personnel pour devenir compétitive. Le Réseau d’échanges réciproques de savoirs (RERS) répond à ce besoin. En valorisant les personnes, en  s’appuyant sur des principes tels que la parité, la responsabilisation, le volontariat, la confiance, il place l’humain au cœur de son dispositif et développe des valeurs telles que le respect mutuel et la coopération.  De plus, la création de lien social lui permet de contribuer au mieux-être des salariés.

  1- Le RERS facilite la circulation des savoirs et l’émergence de la culture des entreprises de demain

 Pour s’adapter aux nouvelles contraintes qu’impose l’entrée dans l’ère de la connaissance et de l’information, l’une des réponses auxquelles recourent les entreprises est l’optimisation du potentiel de leurs salariés. Cela signifie le plus souvent un renouvellement des modèles de transmission et d’acquisition des connaissances. Cela implique aussi un lien très fort entre confiance et capacité d’adaptation, entre autonomie et innovation, entre mise à niveau rapide des connaissances individuelles et mise à disposition de ces savoirs au sein d’une dimension collective propre à affronter les nouveaux challenges qui surviennent.

Le RERS répond parfaitement à cette nécessité. Par ses modalités de mise en œuvre, il s’appuie sur la volonté et la capacité d’apprentissage des participants. Il fait ainsi partie des leviers d’actualisation des compétences nécessaires à l’accompagnement des évolutions de l’entreprise.

L’impact positif du RERS sur le professionnalisme et l’efficacité est unanimement reconnu par les participants qui constatent un réel effet sur la qualité de service, la relation client, les conditions de travail, la gestion des ressources, le management de l’équipe. Aujourd’hui, plus de 85 % des participants actifs[1] estiment que le RERS permet d’améliorer la maîtrise de la fonction et la contribution aux résultats de l’entreprise.

De plus, promouvoir l’échange et la solidarité, et participer ainsi à l’évolution de la culture d’entreprise, est un des premiers impacts notés par les participants. Le libre maillage entre participants est également de nature à séduire la génération Y tout en aidant les managers à prendre conscience de l’émergence d’une autre forme de culture d’entreprise, la culture de réseau.

2- Le RERS place l’humain au cœur de son dispositif

 Le RERS démarche de valorisation et de responsabilisation de l’individu

 Le RERS fait évoluer le regard porté sur soi, à travers une auto-évaluation de ses forces et faiblesses, une valorisation de ses savoirs et donc plus largement de soi-même, une confiance en soi renforcée, une diminution de l’inhibition liée aux différences de niveau…

è Le RERS favorise l’autonomie et la responsabilité. Les participants deviennent acteurs de leur propre développement car ils entrent dans une démarche volontaire. Ils peuvent  exprimer librement leurs offres et demandes et choisir sur quoi, avec qui et quand échanger des savoirs.

Le RERS renforce l’esprit d’équipe et la coopération

Le RERS donne du contenu à l’esprit d’équipe : le point positif le plus souvent cité par les offreurs est la satisfaction d’apporter quelque chose à autrui. Près de 90 % des participants estiment que le RERS conforte les relations avec autrui[2]. On constate que les notions d’apport mutuel, d’entraide, de tolérance, de solidarité, de respect reviennent très fréquemment dans les propos des participants. Incontestablement, le RERS installe une relation de confiance avec les autres  et permet ainsi aux  participants de se positionner  dans une relation mutuelle « gagnant-gagnant ».

Par ailleurs, on peut noter que pour plus de 85 % des participants, le RERS accroît la capacité de travailler en équipe, augmente la compréhension des difficultés des collègues et la collaboration avec les autres établissements…donc favorise une capacité de coopération élargie,

Près de 60 % des échanges[3] se font entre interlocuteurs de fonction différente et 86% des participants estiment que le RERS renforce la transversalité. Cette capacité à surmonter le frein que représente la différence de domaine et de niveau, accroît la circulation des savoirs et améliore la compréhension et le respect entre filières professionnelles.  

 Le RERS levier du mieux être au travail 

 Faire partie d’un réseau de collègues auxquels on peut avoir recours à tout moment pour acquérir de savoirs non immédiatement disponibles ailleurs ou pour obtenir rapidement des réponses adaptées à ses besoins, favorise l’intégration des personnes et améliore leur efficacité. Le RERS aide ainsi à lutter contre la solitude et le mal-être au travail dont la croissance est observée dans toutes les entreprises. Cet impact est d’autant plus important que les entreprises connaissent des évolutions et des transformations fortes. Dans une période où les mobilités (géographiques et fonctionnelles) sont appelées à s’intensifier dans les entreprises, les dispositifs permettant aux « nouveaux » de se sentir moins isolés seront essentiels.

[1] Chiffres issus des études du RERS La Poste

[2] Chiffres du RERS La Poste

[3] Dans le RERS La Poste

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s